Drames  

Cliquez sur l'image pour acheter le texte et sur le titre pour lire un extrait

ENTRE CIEL ET ENFER

 

Caen. Juin 1944. Les bombardements alliés pilonnent la ville. Les habitants se réfugient dans la cathédrale Saint Etienne. "Entre ciel et enfer" raconte l’histoire de deux de ces familles : les Boutier, et Louise et sa grand-mère. C’est dans cette atmosphère électrique de chamailleries, de soupçons et de peur qu’arrive Michel, le neveu des Boutier caché dans la Résistance pour échapper au S.T.O. Une relation de méfiance, de défi et de fascination s’installe entre lui et la mystérieuse Louise. Ce n’est pas l’Occupation, ce n’est pas encore la Libération. Dans cette situation indéfinissable et comme en suspens, les personnages se débattent entre les difficultés de la vie quotidienne décuplées par l’angoisse omniprésente et les susceptibilités des uns et des autres.

 

Pièce primée au concours d’écriture du Théâtre du Vésinet 2000
Primée aux Rencontres Théâtrales de marly le Roi 2002
Sélectionnée pour le Gala final du Festival Francophone de Cholet 2002

4 femmes - 3 hommes     50 minutes

LA MAISON DE CARTON

 

Un jour de 1960, alors que sa mère doit se remarier, Otto force la porte du grenier à souvenirs de la famille. Il veut connaître l’histoire de son père, mort le 13 avril 1945 - jour de la libération de Vienne - dans des circonstances mystérieuses. D’abord réticent, son grand-oncle Werner accepte finalement de se livrer. Il lui raconte comment la grande Histoire a bouleversé sa famille, tout au long de la montée puis de la chute du nazisme... Basculant d’une époque à une autre, « La Maison de carton » raconte les tourments d’une jeunesse sacrifiée par la guerre.

 

1er Prix des rencontres Théâtrales de Marly le Roi 2007

Finaliste du concours d’écriture de la Ville de Guérande 2007

 5 femmes - 5 hommes     1 heure 30 

L’EXPÉRIENCE INTERDITE

 

Pièce inspirée par l’expérience menée par Ron Jones au Lycée Cubberley de Palo Alto (Californie) en 1967.

En 1967, Ron Jones, un jeune professeur d’histoire, se trouve confronté aux questions de ses élèves lycéens sur le comportement des Allemands pendant la Seconde Guerre Mondiale : comment toute une population a-t-elle pu laisser le parti nazi organiser le génocide de populations entières sans réagir ? Pour tenter de leur expliquer le phénomène d’embrigadement et la force de la discipline, il les entraine dans une expérience dont aucun ne sortira indemne. Une histoire vraie qui n’a pas fini de nous interroger sur le fond de la nature humaine...

 9 femmes - 5 hommes (modulable)     1 heure 
IMG_8772.jpg

LA GLOIRE POUR TOUT LE MONDE

 

De 1914 à 1918, La Gloire pour tout le monde suit le parcours de femmes engagées ou victimes collatérales de la guerre... Dans une société que les hommes, appelés au Front, ont désertée, elles sont peu à peu intégrées à tous les domaines : usines de munitions, travail des champs, hôpitaux, espionnage... mais se trouvent confrontées à la réticence de ces messieurs qui cautionnent difficilement de leur laisser de telles responsabilités... Oscillant entre drame et comédie, La Gloire pour tout le monde explore, sous forme kaléidoscopique, les diverses facettes d'une époque troublée.

Distribution modulable (Scènes à 2 à 7 personnages)
Intégrale : 1 heure 15
1X6A3568.jpg

RADIUM GIRLS

En juillet 1937, Léonard Grossman, avocat à Chicago, reçoit la visite de Catherine Donohue, ancienne ouvrière ayant travaillé comme peintre sur cadran chez Radium Dial, une usine de fabrication de montres dont les chiffres lumineux permettaient de lire l’heure dans le noir. Or la peinture utilisée, à base de radium, a provoqué des maladies monstrueuses chez les ouvrières. En étudiant les archives, Grossman découvre qu’une précédente affaire, vingt ans plus tôt, a provoqué quelques remous avant d’être étouffée. Il plonge alors dans les méandres d’un énorme scandale sanitaire où les intérêts des divers protagonistes entrent en lutte contre la plus élémentaire humanité…

Distribution modulable - 57 personnages    1 heure 40

PROMISE d’après Iphigénie à Aulis d’Euripide

 

Au moment de lancer les navires grecs à l’assaut de la ville de Troie, les vents cessent de souffler. Artémis exige qu’Agamemnon lui sacrifie sa fille, Iphigénie. Celui-ci la fait venir au camp d’Aulis sous le prétexte de la marier avec Achille. Mais contrairement à ses ordres, Clytemnestre est venue accompagner sa fille... Conservant la structure d’une tragédie grecque, « Promise » revisite un des mythes fondateurs de l'antiquité grecque : le sacrifice d’Iphigénie 

7 femmes - 3 hommes     1 heure

PESSOA L’INTRANQUILLE

 

«Pessoa l’intranquille» est une libre adaptation de la vie du plus grand auteur portugais du XX° siècle. En étudiant la biographie et l’œuvre de Pessoa, on est tout de suite fasciné par cette personnalité qui se démultiplie en hétéronymes pour créer non pas une figure d’auteur, mais plus de soixante-dix. A travers un voyage dans la Lisbonne du début du siècle, la pièce fait apparaître la figure érudite et mystérieuse de Fernando Pessoa. A l’image de son œuvre, le personnage est multiple, traversé par le fantasme de vies imaginaires. Une femme, muse, conscience ou folie, vient troubler la solitude du poète. Réelle ou imaginaire, elle pousse l’artiste à l’accomplissement de son œuvre littéraire. C’est alors que le dialogue s’installe entre les doubles de Pessoa, antithétiques ou complémentaires, cruels ou sympathiques. Entre fiction et réalité, biographie et littérature, la pièce plonge dans l’univers onirique de l’auteur aux soixante-douze visages.

1 femme - 1 homme     50 minutes

© 2023 by EDUARD MILLER. Proudly created with Wix.com

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-youtube