Rechercher

Les "emplois" dans le théâtre du XIXè... et aujourd'hui ?


C’est une pratique qui a eu cours jusqu’au début du XXème siècle, qui voulait que chaque acteur joue un répertoire correspondant à son "emploi", tel que Jeune premier, Noble, Servante, etc… On avait donc un ou deux emplois et on s’y tenait jusqu’à la fin de sa vie. C’était plus difficile pour les Jeunes Premiers et Jeunes premières, qui changeaient généralement d’emploi passés un certain âge. Mais Virginie Déjazet, comme son amant Laferrière ont réussi le tour de force de continuer à jouer les Jeunes premiers jusqu’à 75 ans!

Le but ultime était de gravir les échelons pour devenir "chef d’emploi", puisque le chef d’emploi avait priorité pour tous les rôles qui lui correspondaient. Je vous laisse imaginer le climat de rivalité qui pouvait régner dans les troupes!

Aujourd’hui, les choses ont changé, on apprécie quand les acteurs sont capables d’avoir une large palette d’interprétation!

Pourquoi je vous parle des emplois au théâtre ? Parce que cette manière d’associer un artiste à un genre, style, manière, existe aussi pour les écrivains. Et la question s’est posée pour mon prochain roman : devais-je prendre un pseudonyme puisque je changeais complètement de genre ?

Autant dans l’écriture théâtrale j’ai changé de style avec allégresse sans jamais me poser de questions, autant pour le roman les avis que j’ai reçus de mes confrères étaient particulièrement variés.

En publiant une comédie romantique, "Ticket gagnant", après avoir fait paraitre trois romans historiques et un roman de littérature blanche, je risquais, selon certains, de perturber mes lecteurs (sans parler des algorithmes qui ne sauront plus dans quelle case me mettre!). D’autres m’ont dit qu’il était dommage, en prenant un pseudonyme, de me priver de ceux qui sont prêts à me suivre dans n’importe quel genre. Après tout, au théâtre, j’écris aussi bien des drames qui ont du fond que des comédies qui n’ont pour but que de faire rire, sans que ça dérange personne, bien au contraire!

Alors voilà. Je me suis fait des nœuds au cerveau pendant plusieurs semaines, et j’ai finalement décidé de garder mon nom. D'autant que "Ticket gagnant" a tout de même un lien avec ma production théâtrale...

Je préfère penser que, par le résumé et la couverture, les lecteurs sauront faire leur choix. J’aime la diversité, on ne me refera pas, et décidément non, je ne m’enfermerai pas dans un seul "emploi"! ;-)


3 vues0 commentaire